Kosa nou mange demain ? Coq au vin, poisson gingembre !

Léa Rama

Léa Rama a 83 ans et toutes ses dents. Elle vit à La Possession avec son chat et quand arrive le repas dominical, c’est elle qui reçoit et cuisine pour sa fille et ses petits-enfants. Poulet, camarons, saucisses, shop suey, chouchou, brèdes … Léa sait tout cuisiner, et elle en est fière. Entre nous, il y a de quoi !

« La période de ma jeunesse est un peu floue pour moi. Avant-dernière d’une grande famille, ma dernière petite sœur était de santé fragile ; on s’occupait beaucoup d’elle, j’ai le sentiment d’avoir été négligée, très tôt j’ai dû apprendre à me débrouiller toute seule.

Grâce aux cours du soir et à ma persévérance, j’ai obtenu mon Certificat d’Études.

Quand j’ai arrêté l’école, je me suis consacrée à la cuisine. »

Plus tard, Léa s’installait à St Paul avec son époux et ses trois enfants.

Léa s’occupait de la maison et Luximann travaillait chez un dentiste. Il fut emporté par une crise cardiaque à l’âge de quarante ans. Ne se laissant pas abattre, Léa s’inscrivit alors à l’AFPAR pour préparer un CAP cuisine. À l’époque, c’était la mairie qui accordait les stages. « Personne ne m’a appris à faire la vraie cuisine créole. C’est à force de regarder que j’ai progressé ; à l’AFPAR c’était surtout la cuisine métropolitaine qu’on nous enseignait. »

Veuve, avec ses trois enfants à sa charge, un CAP de cuisine en poche, Léa accepta la proposition de sa sœur, Marie, de dix ans son aînée. Puisqu’elle travaillait, sa sœur lui confiait la gestion de son ménage, l’entretien de la maison, de la cuisine, la lessive … C’était une grande responsabilité qui lui incombait, car la famille entière représentait une bonne quinzaine de personnes, adultes et enfants !

L’avantage est que Léa profitait avec ses enfants, de l’ambiance et du soutien de la communauté familiale.

Mais, lorsque Marie prit sa retraite, elle n’avait plus les moyens d’employer Léa qui, travailla donc chez deux docteurs, puis chez un avocat, tout en continuant à habiter chez sa sœur.

La cuisine n’a pas de secret pour Léa ! Elle sait tout faire !

« Avant moin té i cherche dann livre sak moin té i connais pas, astèr moin la pu bezoin ! »

La cuisine, pour Léa Rama, c’est surtout une histoire d’amour, d’ailleurs, à la question « Quel plat préférez-vous cuisiner ? » sans hésitation, notre octogénaire répond :

« J’aime tout cuisiner. J’ai deux passions dans la vie, la cuisine et la couture. »

Amusée, Léa nous raconte une anecdote.

« Un jour, ma fille m’a demandé de cuisiner un cary poulet pour elle. Son mari Dominique n’avait pas tari d’éloges tant il l’avait  apprécié ! Monique, quant à elle, n’avait pas jugé utile de lui avouer que c’était moi qui l’avais cuisiné… La malheureuse ! Le week-end suivant, fier des capacités culinaires de sa femme, il avait invité des amis pour déguster … Devinez quoi ?….Un cary poulet ! Malheureusement… J’étais absente ce jour-là ! Elle a dû le préparer elle-même. Évidemment, il n’avait pas du tout le même goût. Son mari n’a jamais compris pourquoi son cary n’était vraiment pas COMME le cary de la fois précédente ! (rires) »

Aujourd’hui, Madame Rama cuisine toujours pour sa famille, les grandes occasions, et parfois même encore pour sa fille lorsqu’elle reçoit des amis. Néanmoins, si l’envie vous prend de lui demander ce qu’il y a au menu, elle répondra invariablement : « coq au vin et poisson gingembre ! »

Photos : Pierre MARCHAL – Texte : Bérénice VALCK.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à me faire part de vos commentaires !