Luco Sautron a grandi à Hell-Bourg dans un environnement qui le menait assez naturellement à en devenir un jour l’un de ses plus brillants ambassadeurs. Et rien, pas même une parenthèse universitaire en métropole, ne put le détourner de son fabuleux destin. Quel plus grand privilège en effet pour un enfant du pays que d’y travailler et s’en inspirer au quotidien ? « Quand c’est difficile économiquement confie Luco, le contact avec des gens attentifs me donne la force de continuer cette magnifique activité. »

Etre guide péi ce serait un guide-conférencier classique qui ne se refuserait pas à emprunter quelque chemin du côté du conte pour éviter de dérouler son propos de façon académique. Luco Sautron dit que « Le guidage péi c’est avant tout un état d’esprit dont le maître-mot est la proximité. On prend le temps, surtout, afin de vivre ensemble des instants précieux que chacun peut ressentir à sa façon, selon son vécu et sa sensibilité. »

Son terrain d’expression, Luco l’a développé à la Plaine des Palmistes, territoire que l’on retrouve selon lui à plusieurs époques de l’histoire réunionnaise : « C’est le lieu où se sont le mieux entendus les Créoles et la forêt. On retrouve cette osmose dans l’architecture, dans l’artisanat, dans l’agriculture. » Et s’il lui fallait un jour ne retenir qu’un site parmi les nombreux qu’il affectionne, notre guide local choisirait Le piton des songes qui, à ses yeux, concentre plusieurs thématiques récurrentes à la Réunion comme la forêt, le volcan, l’océan qu’on aperçoit au loin, les croyances et la religion. A l’écouter, on a soudain une envie : retourner au Piton des songes sous le guidage de Luco Sautron.

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.